Soins du prématuré

Écrit par les experts Ooreka

Un bébé né prématurément a besoin de soins pour prématuré bien spécifiques. Dans les services de néonatalogie, les soins apportés aux prématurés, appelés soins de développement, ont pour but de diminuer le stress des nouveau-nés et d'améliorer leur confort, de manière à leur permettre un retour plus rapide à la maison.

Les soins dispensés au prématuré hospitalisé

Le prématuré et ses parents sont au cœur de la démarche de soins.

À la naissance, le bébé prématuré fait l'expérience d'un tout nouvel environnement, bien moins approprié pour lui que le ventre de la maman. Les services de néonatalogie mettent en place des programmes de soins qui ont pour but d'éviter la surstimulation des prématurés et d'améliorer leur confort. Ces soins de développement sont personnalisés, et les parents sont conviés à y prendre part autant que possible.   

Nourrir le bébé prématuré

Avant la 34e semaine, un prématuré a généralement besoin d'être nourri par voie veineuse. Quand il aura pris des forces, il pourra absorber de petites quantités de lait grâce à un tube relié à son estomac. Les mamans qui le souhaitent peuvent tirer leur lait afin d'en nourrir leur bébé.

Bon à savoir : dans la mesure du possible, il est recommandé d'alimenter le plus possible les bébés prématurés avec du lait maternel afin de favoriser le bon développement de leur flore intestinale, qui est souvent perturbée, et une plus grande diversité du microbiote.

Apporter du réconfort au prématuré

Un bébé prématuré est incapable de résister à la pesanteur et peut avoir des difficultés à se recroqueviller. C'est pourquoi, dans l'incubateur, il prend parfois des positions particulières. Le prématuré a besoin de retrouver une position fœtale. Le regroupement permet de lui procurer un sentiment de sécurité, c'est une position antalgique efficace. Une fois à la maison, il devra être couché sur le dos comme un enfant né à terme.

Il est nécessaire d'installer le nouveau-né dans un environnement circonscrit. Pour ce faire, le personnel soignant peut construire un cocon au moyen de draps. C'est un moyen thérapeutique de rassurer le bébé, en délimitant physiquement son environnement.

Il est préférable d'être deux pour manipuler un bébé prématuré et de regrouper les soins le plus possible afin de ne pas le stresser inutilement. Mieux vaut par ailleurs éviter les toilettes et les bains dans le cas d'un très grand prématuré, et la pesée ne doit pas être systématique.

Un bébé prématuré est très sensible à la douleur qui peut être causée par les nombreux gestes médicaux. Sentir la présence de ses parents le réconforte et le soulage. Le contact peau à peau (méthode Kangourou) est préconisé. Si un soin médical doit être dispensé alors que le bébé prématuré dort, il convient de le réveiller en douceur. Pour atténuer la douleur, il est possible de donner du lait maternel ou de l'eau sucrée au nouveau-né, et, s'il est capable de téter, une tétine sera aussi une grande source de réconfort.

Soins au prématuré : stimuler le bébé en s'adaptant à son rythme

Il faut parler très doucement à un bébé prématuré, afin d'éviter de le surstimuler. Une lumière intense, les bruits et les odeurs qui l'entourent constituent une grande quantité d'informations que son système nerveux immature n'est pas capable d'appréhender. Il faut donc veiller à limiter autant que possible les désagréments :

  • Des couvertures peuvent être placées sur les couveuses afin d'atténuer l'intensité lumineuse.
  • L'usage de désinfectant très odorant doit être modéré.
  • Certains services de néonatalogie sont équipés d'alarmes visuelles qui s'allument en cas de niveau sonore trop important, invitant les personnes présentes à faire moins de bruit.

Il importe en outre de faire découvrir à l'enfant des sensations agréables de manière progressive :

  • Il ne faut pas d'emblée fredonner une berceuse tout en lui caressant doucement le dos. Chaque nouvelle stimulation de l'enfant doit être introduite une fois que la précédente lui est connue et confortable.
  • Des mouchoirs imbibés de lait maternel peuvent être placés dans l'incubateur pour réconforter le prématuré avec une odeur familière.

L'implication des parents dans ces soins leur permet de mieux appréhender la prématurité de leur enfant. Pour l'enfant, des études ont montré que ces soins tendent à diminuer la durée de l'hospitalisation, et que les complications éventuelles sont moindres.

Les soins du prématuré à la maison

Un bébé aux défenses immunitaires fragiles

Les équipes médicales autorisent le départ du service quand le prématuré :

  • pèse entre 1 800 et 3 000 g ;
  • respire de lui-même, sans apnée ;
  • maintient sa température corporelle ;
  • boit au sein ou au biberon.

Après l'hospitalisation, l'état des bébés prématurés nécessite souvent un suivi médical particulier afin de détecter d'éventuels problèmes de développement.

Une fois à la maison, le prématuré n'a plus besoin d'un environnement aseptisé comme à l'hôpital, et les parents peuvent prendre soin de lui comme d'un bébé né à terme. Cependant, ses défenses immunitaires étant plus faibles, il est davantage exposé aux risques d'infections. Il y a donc différentes règles à respecter pour le protéger.

Prenez de bonnes habitudes en matière d'hygiène, telles que :

  • vous laver les mains avant et après le change, avant la préparation des biberons et avant les repas ;
  • aérer et nettoyer régulièrement la chambre du bébé ;
  • changer souvent les draps de son lit.

Évitez les mauvaises pratiques consistant à :

  • encombrer le lit du bébé avec trop de peluches (veillez à laver celles-ci régulièrement) ;
  • surchauffer sa chambre (idéalement entre 18 et 20 °C) ;
  • laisser les animaux s'approcher trop près du bébé ;
  • fumer près de lui (fumez de préférence à l'extérieur de la maison) ;
  • sortir le bébé quand il fait trop chaud ou trop froid ;
  • trop le couvrir trop ;
  • rendre visite à des personnes malades (ou préconisez-leur le port d'un masque) ;
  • prendre les transports en commun aux heures d'affluence ou sortir lors d'un pic de pollution.

L'âge corrigé du prématuré

L'âge corrigé du prématuré est l'âge qu'aurait dû avoir l'enfant s'il était né à la date prévue d'accouchement. On l'utilise pour évaluer la croissance et le développement d'un bébé prématuré, car il prend en considération les semaines manquantes de grossesse. Il faut également en tenir compte lorsque sont introduits les aliments solides, dans la mesure où l'intestin d'un prématuré ne sera pas aussi mature que celui d'un enfant né à terme. On a habituellement recours à l'âge corrigé jusqu'aux 2 ans de l'enfant, sauf pour le calendrier de vaccination qui suit l'âge chronologique.



Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides