Sommaire

L'âge gestationnel définit le degré de prématurité d'un nouveau-né.

Un bébé naît à terme entre la 37e et la 42e semaine d'aménorrhée (SA, absence de règles). Un nouveau-né est prématuré quand l'accouchement a lieu avant la 37e semaine, soit avant la fin du 8e mois de grossesse.

Différents types de prématurité

On distingue plusieurs types de prématurité selon l'âge gestationnel :

Il existe une limite au-delà de laquelle la médecine ne peut rien faire pour le bébé né avant terme. Avant 22 semaines d'âge gestationnel, le prématuré est non viable. Soit la prise en charge médicale est  impossible, soit les conséquences sur la vie future de l'enfant se révéleraient trop lourdes.

Lire l'article Ooreka

Conséquences de la prématurité

Moins l'âge gestationnel est avancé, plus les risques sont importants pour l'enfant prématuré.

Les fonctions vitales du bébé prématuré sont immatures. Plus les équipes médicales parviendront à maintenir le bébé dans le ventre de sa mère, plus les risques de complications éventuelles à la naissance seront réduits.

À court terme, l'immaturité des organes est susceptible de provoquer certaines défaillances d'ordre fonctionnel. Ainsi, le prématuré pourra présenter des problèmes respiratoires, cardiaques et/ou neurologiques.

Sur le long terme, selon l'âge gestationnel à la naissance et les éventuelles complications survenues lors de l'accouchement, le prématuré pourra souffrir à l'âge adulte de handicap moteur, de déficience intellectuelle, ou bien ne présenter aucune séquelle.

Lire l'article Ooreka

Causes de la prématurité

La menace d’accouchement prématuré est l'une des principales complications de la grossesse.

Une naissance qui a lieu trop tôt peut être la conséquence de différents facteurs. Il existe deux types d'accouchement prématuré :

  • La prématurité induite : les accouchements sont induits médicalement car la santé de la mère et/ou du bébé est en danger. Cela concerne 30% des cas.
  • La prématurité spontanée : les accouchements se produisent plus tôt que prévu de manière « naturelle ». Ces accouchements représentent 70 % des cas, et surviennent le plus souvent à la suite d'une rupture des membranes qui entourent le bébé.

Il existe toutefois de nombreux cas dans lesquels les équipes médicales ne savent pas pour quelles raisons l'accouchement a lieu prématurément. Les causes de la prématurité sont encore mal connues.

On constate toutefois qu'un intervalle court entre deux grossesses (moins de 18 mois) semble augmenter les risques de naissance prématurée.

  Intervalle de 3 mois Intervalle de 6 mois Intervalle de 9 mois Intervalle de 12 mois
Femmes entre 20 et 34 ans +98 % de risques +65 % +38 % +17 %
Femmes de plus de 35 ans +54 % +40 % +26 % +15 %

Par ailleurs, voici la liste des facteurs de risque connus concernant la prématurité, établie par le National Health Institut (NIH) :

  • avoir déjà accouché avant terme ;
  • être enceinte de jumeaux ou plus ;
  • l'utilisation de technique de reproduction assistée ;
  • des anomalies au niveau des organes reproducteurs ;
  • les infections des voies urinaires ;
  • les infections sexuellement transmissibles ;
  • certaines infections vaginales ;
  • l'hypertension artérielle ;
  • des saignements anormaux du vagin ;
  • des anomalies au niveau du développement du fœtus ;
  • une grossesse résultant d'une fécondation in vitro ;
  • un poids insuffisant ou poids trop important avant la grossesse ;
  • des périodes courtes entre plusieurs grossesses ;
  • un diabète ;
  • des problèmes de coagulation sanguine.

On peut aussi citer l'ethnie, l'âge de la mère (risque multiplié par 2,5 chez les femmes enceintes à 40 ans et plus), des soins de santé tardifs pendant la grossesse, la consommation de tabac, d'alcool ou de drogues, les violences domestiques (physiques, sexuelles ou émotionnelles), le stress, le travail en station débout et certains polluants environnementaux.

Lire l'article Ooreka

Prévention de la prématurité

Le suivi de la grossesse est primordial.

Les grossesses présentant une menace d'accouchement prématuré sont le plus souvent identifiées au cours de l'examen du 4e mois.

Une grossesse est supposée à risque en fonction de différents critères, que les médecins déterminent en interrogeant la future maman sur ses antécédents médicaux et familiaux. Le gynécologue effectuera également un examen clinique, une échographie et des prises de sang afin de dépister une grossesse problématique.

Les futures mamans diagnostiquées à risque doivent se mettre au repos le plus total et éviter les situations délétères, comme le portage d'objets lourds et les longs trajets en voiture. Si besoin, le médecin prescrira des médicaments pour réduire le plus possible le risque d'accouchement prématuré.

Lire l'article Ooreka

La prématurité, un enjeu mondial

La prématurité est à ce jour la principale cause de décès chez les nouveau-nés au niveau mondial, et la deuxième cause de décès chez les enfants de moins de 5 ans. Elle tue autant que la pneumonie avant 5 ans.

Un bébé sur dix naît prématuré et plus de 3 000 jeunes enfants meurent chaque jour dans le monde à la suite de complications liées à leur naissance prématurée. Les décès surviennent essentiellement au cours du premier mois de vie.

En France, le taux de prématurité a augmenté ces dix dernières années, atteignant aujourd’hui 7 % des naissances (50 000 enfants chaque année). Cette évolution est liée à l'augmentation du nombre de grossesses multiples avec l'aide médicale à la procréation, mais aussi vraisemblablement à l'accroissement de la précarité de certaines populations.

Si la prise en charge de ces bébés s'est nettement améliorée ces dernières années, la prévention des risques d'accouchement prématuré reste un enjeu majeur de santé publique.

Aussi dans la rubrique :

Déroulement de l’accouchement

Sommaire