Déni de grossesse

Écrit par les experts Ooreka

Le déni de grossesse est largement médiatisé depuis quelques années, mais il a toujours existé.

Définition du déni de grossesse

Déni de grossesse

Le déni de grossesse est une absence de conscience d'être enceinte. Le déni peut être total c'est-à-dire jusqu'au moment de l'accouchement ou partiel (la future maman se rend compte qu'elle est enceinte au cours de la grossesse).

La future maman ne se rend pas compte qu'elle est enceinte car les signes de grossesse sont absents ou insignifiants :

  • peu de prise de poids,
  • pas de nausées, pas de changement d'humeur,
  • pas de tension au niveau des seins,
  • saignements évoquant les règles.

Du coup la femme continue à vivre normalement, faire du sport, prendre la pilule...

Le déni de grossesse est à différencier des grossesses cachées

Pour les grossesses cachées, la future maman se sait enceinte mais ne veut pas le faire savoir et essaye par tous les moyens de la cacher.

Déni de grossesse : à tout âge

On pourrait penser que le déni de grossesse concerne principalement des jeunes filles, mais ce n'est pas vrai, le déni de grossesse peut se voir chez des femmes de tout âge et qui peuvent déjà avoir vécues des grossesses.

Tous les milieux socio-économiques

Encore une idée fausse : le déni de grossesse ne concerne pas uniquement les milieux défavorisés ou des femmes avec peu d'éducation. On retrouve des dénis de grossesse dans toutes les classes sociales et avec tous niveaux d'études.

Les risques du déni de grossesse

Pour les dénis totaux, le risque est un accouchement seul qui peut plus ou moins bien se passer pour la maman et le bébé.

Il est également difficile de prévoir la réaction de la maman au moment de l'accouchement. Désemparée, elle peut commettre certains actes qu'elle peut regretter ensuite.

Pour les dénis partiels, un encadrement médical et social pendant le reste de la grossesse permet à la future maman de se faire à l'idée de la venue d'un enfant.

Dans tous les cas, la maman est en grande souffrance psychologique et va nécessiter un suivi pour pouvoir accepter ce petit être qu'elle n'a pas eu conscience de porter. Le risque d'abandon ou de désamour est grand.

Un suivi gynécologique rapproché est également recommandé pour éviter les récidives.


Autres sujets sur Ooreka


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
claude andurand

hypnothérapeute, thérapie brève, orienté solutions | cabinet de psychothérapie

Expert

vanessa méril-mamert

nutritionniste, créatrice culinaire | wellness nutrition

Expert

marion alisse

psychanalyste-praticienne en psychotherapie | psychothérapie sceaux - psychanalyse et psychoth

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides