Accouchement voie basse

Écrit par les experts Ooreka

Les signes annonciateurs de l'accouchement par voie basse

L'accouchement est annoncé par la perte du bouchon muqueux, des eaux ou des contractions utérines rapprochées et soutenues.

Accouchement voie basse

Cette première phase dure en général de 4 à 6 heures. Les contractions utérines sont d'intensité modérée et irrégulière.

L'accouchement proche est annoncé par la perte du bouchon muqueux, la perte des eaux et/ou l'apparition de contractions utérines rapprochées et soutenues. Ces signes d'appel doivent faire se rendre rapidement à la maternité.


Les phases de l'accouchement par voie naturelle

Le travail ou accouchement se déroule en quatre phases successives :

Phase du début de dilatation du col

Cette première phase dure en général de 4 à 6 heures. Les contractions utérines sont d'intensité modérée et irrégulière (espacées de 5 à 20 minutes).

Durant cette période, la sage-femme en charge de l'accouchement vient régulièrement pour vérifier l'avancement du travail.

Phase d'effacement et de dilatation du col

Lorsque les contractions deviennent plus intenses et plus fréquentes (environ toutes les 3 minutes) le col commence à s'effacer. La future maman est alors amenée en salle d'accouchement.

C'est souvent lors de cette phase qu'un anesthésiste vient poser la péridurale si la maman le souhaite. La péridurale est une anesthésie qui s'injecte entre la 3e et la 4e vertèbre lombaire et qui permet de « n'endormir » que le périnée et les jambes.

Au cours de cette phase, il est fréquent qu'un monitoring soit placé sur le ventre de la maman. Il permet au personnel soignant de suivre les contractions (intensité, durée et espacement...) et leur retentissement sur le bébé (étude du rythme cardiaque de l'enfant).

Si le bébé présente des signes de souffrance sur le monitoring, l'équipe médicale peut prendre la décision d'extraire rapidement le bébé soit à l'aide de forceps (sorte de grandes cuillères qui vont permettre de guider la tête du bébé), soit à l'aide d'une ventouse (sorte de soucoupe qui adhère à la tête du bébé pour la guider), soit par césarienne.

Phase d'expulsion

La phase d'expulsion ne dure en principe pas plus de 30 minutes. L'expulsion se fait grâce à des contractions utérines fortes et aux efforts de poussées de la maman. L'accoucheur préviendra la maman lorsqu'elle doit pousser (lors d'une contraction). La poussée comme apprise lors des cours de préparation à l'accouchement se fait en trois temps : « inspiration-bloquez-poussez ».

Il peut arriver que la sage-femme aide la progression du bébé en appuyant sur le ventre lors des contractions.

Il est très fréquent que la maman subisse une épisiotomie, surtout lors d'une première grossesse. L'épisiotomie est une incision réalisée par l'accoucheur pour faciliter le passage de la tête du bébé et éviter une déchirure du périnée. Elle est pratiquée lors d'une poussée et elle est rarement ressentie. Après l'expulsion, elle nécessite d'être suturée et sa cicatrisation nécessite en principe une semaine.

Juste avant la naissance du bébé, il est demandé à la maman d'arrêter de pousser pour que la tête sorte lentement. Une fois la tête sortit, l'accoucheur incline doucement la tête du bébé vers le bas pour dégager la première épaule puis il l'incline vers le haut pour dégager la deuxième puis le reste du corps vient d'un coup.

L'accoucheur coupe alors le cordon ombilical et pose le bébé sur la maman.

Phase de délivrance

Une demi-heure après la naissance du bébé, l'utérus se recontracte (les contractions sont moins douloureuses que lors de l'accouchement). Ces nouvelles contractions ont pour but de décoller le placenta du fond utérin et de l'expulser. Il peut être nécessaire de pousser pour aider à son expulsion.

Une fois expulsé, le placenta est attentivement examiné par l'équipe soignante car s'il n'est pas complet (un fragment est resté accroché à la paroi utérine), il existe un risque d'hémorragie. Si le placenta est incomplètement expulsé, le médecin ou la sage-femme pratiquera une révision utérine (il ira chercher le fragment manquant).


Autres sujets sur Ooreka


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
christophe leblond

phytothérapie, aromathérapie et compléments alimentaires | www.phyto-soins.com

Expert

erick dietrich

docteur en médecine, sexologue, psychothérapeute | centre de formation en thérapies et coaching

Expert

Vd
véronique de lagausie

psychologue, psychothérapeute

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides