Accouchement : différencier le vrai travail du faux

Sommaire

Les futures mamans sont nombreuses à se rendre à la maternité... un peu trop tôt. En cause, les fausses alertes : un faux travail avec des contractions parfois très intenses !

Voici nos conseils pour distinguer le vrai travail du faux !

Caractéristiques du faux travail

Tout au long de votre grossesse, vous pouvez ressentir des contractions, c'est-à-dire avoir la sensation que votre ventre se durcit. Elles peuvent résulter d'une journée très intense, d'un effort physique, ou être dues au stress.

1 à 2 semaines avant le jour J, vous pouvez cependant ressentir les effets d'un faux travail. Ces fausses alertes sont souvent très trompeuses et découvertes a posteriori.

Dans le faux travail :

  • les contractions sont irrégulières ;
  • elles restent supportables et n’augmentent pas en intensité ;
  • elles n'augmentent pas en fréquence ;
  • elles sont accompagnées de mouvements du fœtus ;
  • elles diminuent lors du changement de position ;
  • elles n’entraînent pas une ouverture du col de l'utérus.

Vrai travail et accouchement

Un faux travail peut être d'une certaine façon, un bon entraînement pour le jour J car la différence avec le vrai travail ne laissera plus de place au doute.

Lorsque débutera le vrai travail, les contractions :

  • sont régulières et fréquentes :
    • elles sont d’abord assez espacées puis de plus en plus rapprochées et de plus en plus intenses ;
    • contractions toutes les 3 à 4 minutes,
  • ne sont pas modifiées lors du changement de position ;
  • peuvent être accompagnées de pertes de sang rosé en faible quantité : expulsion du bouchon muqueux qui protégeait le col de l'utérus ;
  • peuvent être accompagnées de la perte des eaux (perte d’une grande quantité de liquide incolore ou simple suintement) et d'une ouverture du col de l'utérus.

Et là, direction la maternité !

Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Déroulement de l’accouchement

Sommaire