Sommaire

On parle d'insémination artificielle ou d'insémination intra-utérine

L'insémination artificielle est une technique de procréation médicalement assistée, tout comme la FIV ou l'ICSI.

Insémination artificielle : faciliter la fécondation

L'insémination artificielle a aujourd'hui 200 ans :

  • les premières tentatives réalisées au XVIIIe siècle puis dans les années 1950 montraient un taux de réussite médiocre (3,4 % de grossesses seulement),
  • mais elles sont aujourd'hui mieux maîtrisées et continuent d'évoluer, avec le FAST System notamment.

Si les techniques ont évolué, les objectifs de l'insémination artificielle restent inchangés. Il s'agit toujours de promouvoir et/ou de faciliter la rencontre des gamètes mâles et femelles : spermatozoïdes et ovules.

Lire l'article Ooreka

Nombreuses indications pour l'insémination artificielle

Initialement réservées aux troubles de l'éjaculation et aux anomalies sperme-glaire cervicale, les méthodes d'insémination artificielle se sont élargies :

Indications de l'insémination artificielle
Troubles de l'éjaculation Les troubles de l'éjaculation, c'est-à-dire l'incapacité du sperme à être déposé à l'intérieur de la cavité vaginale lors d'un rapport sexuel, peuvent être liés à trois facteurs principaux :
  • les anomalies anatomiques,
  • les troubles neurologiques comme les éjaculations rétrogrades,
  • les impuissances neurologiques ou psychologiques.
Troubles du facteur cervical
  • Il s'agit d'une cause de stérilité liée à l'incapacité des spermatozoïdes de franchir le canal cervical en raison d'une quantité ou d'une qualité insuffisante de la glaire cervicale.
  • À l'aide d'une insémination intra-cervicale au cours de laquelle le sperme est déposé directement dans la cavité, on observe des taux de grossesse nettement supérieurs.
Stérilité masculine
  • L'insémination artificielle est utilisée fréquemment en cas de facteur masculin de stérilité du couple.
  • Grâce aux techniques de préparation du sperme, les inséminations intra-utérines constituent un traitement efficace et prisé dans la prise en charge des infertilités masculines sévères.
  • Le raisonnement à la base de cette technique : l'injection de sperme en amont du filtre cervical est susceptible de faciliter leur remontée vers les trompes et d'accélérer ainsi la fécondation.
Facteurs immunologiques
  • L'utilisation des inséminations artificielles en cas d'anticorps présents dans le plasma ou dans la glaire cervicale (facteurs immunologiques) est possible, mais controversée.
  • On constate une perte d'efficacité des spermatozoïdes avec cette technique.
Endométriose
  • L'insémination artificielle préconisée en cas d'endométriose légère et modérée obtient un ratio de résultat situé entre 9 et 18 %.
  • Les endométrioses sévères ne doivent pas voir la mise en place d'un protocole d'insémination artificielle, mais de fécondation in vitro ou FIV.
Facteurs mixtes
  • On peut proposer une insémination artificielle quand plusieurs des facteurs mentionnés dans ce tableau existent (facteurs masculins et féminin, qualité de sperme impliqué ou problèmes tubaires, etc.)
  • On rapporte des résultats comparables dans ces cas non spécifiques ou lorsqu'un facteur est présent.

Insémination intra-utérine : 10 à 15 % de réussite

Les résultats d'une insémination peuvent varier en fonction :

  • de la technique de préparation de sperme utilisée,
  • de la présence ou l'absence de stimulation ovarienne,
  • de la méthode d'insémination elle-même.

Les techniques de préparation du sperme en insémination artificielle

Ces techniques ont pour but de séparer les spermatozoïdes du plasma séminal, afin :

  • d'obtenir une forte concentration de spermatozoïdes normaux et mobiles,
  • et d'éviter ainsi les risques d'infection ou de rejet dans l'utérus.

Le choix de la technique de préparation du sperme dépend du bilan spermatique préalable. Le bilan spermatique va déterminer si l'on se tourne vers :

  • l'insémination intra-utérine,
  • la fécondation in vitro ou en micro-injection.

Insémination artificielle intra-utérine : les étapes

L'insémination intra-utérine se déroule par étapes :

  • stimulation ovarienne de la femme pour déclencher une ovulation,
  • 2 jours après l'ovulation, on procède le matin à l'insémination artificielle en déposant une préparation de spermatozoïdes au niveau des voies génitales féminines, la plupart du temps directement dans l'utérus :
  • le sperme du conjoint (recueilli le matin même),
  • ou le sperme d'un donneur,

Les spermatozoïdes auront ensuite à gagner les trompes pour rencontrer et féconder l'ovule.

Plusieurs essais possibles, mais pas illimités

Les possibilités de recours à l'insémination artificielle sont limitées. Le nombre d'essais varie selon les cas :

  • insémination avec le sperme du conjoint : 4 à 6 essais avec stimulation ovarienne,
  • utilisation d'un don de sperme : jusqu'à 8 essais.

Au-delà de 6 essais, le taux de réussite est très faible.

Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Procréation médicalement assistée

Sommaire

Qu'est-ce que la PMA ?

Procréation médicalement assistée

Stimulation ovarienne

Stimulation ovarienne

Insémination artificielle

Insémination artificielle

Injection intracytoplasmique de spermatozoïdes

ICSI