Sommaire

 

Le spermogramme permet d'identifier un facteur biologique d'infécondité.

Le spermogramme est l'examen principal de la démarche de diagnostic biologique pour l'infécondité masculine et la stérilité de l'homme.

Spermogramme : analyse sperme et conditions d'examen

Le spermogramme doit être répété dans le temps, au besoin à 3 ou 4 mois d'intervalle :

  • il doit toujours être précédé après une période d'abstinence de 3 à 5 jours,
  • il se pratique sur l'analyse du sperme récolté par masturbation au laboratoire.

Le spermogramme permet :

  • d'identifier une cause biologique d'infécondité ou de stérilité,
  • de diagnostiquer une aspermie, oligospermie, azoospermie, asthénospermie ou encore une tératospermie.

Lorsqu'il ne permet pas d'identifier de facteurs biologiques de stérilité, on s'orientera vers un diagnostic d'infécondité du couple au cours duquel sera explorée l'unité glaire cervicale de la femme et sperme de l'homme.

Lire l'article Ooreka

Causes biologiques révélées par le spermogramme

Le spermogramme permet de révéler toutes les causes biologiques d'infertilité :

Spermogramme : résultats
Aspermie
  • L'aspermie se définit par l'absence de sperme avec ou de sensation orgasmique.
  • Circonstance peu fréquente (hors personnes diabétiques, lésions médullaires, chirurgie du petit bassin ou troubles psychiques).
  • L'anéjaculation est un symptôme de trouble psychologique important.
  • L'éjaculation rétrograde est à rechercher obligatoirement en cas d'aspermie.
Azoospermie
  • L'azoospermie est l'absence de spermatozoïdes dans le plasma séminal.
  • Cette absence peut être la conséquence d'une pathologie des testicules ou des canaux.
  • La détection d'une azoospermie entraîne des examens complémentaires, notamment un bilan hormonal.
Oligospermie
  • Les chances de procréer sont très faibles lorsque la numération des spermatozoïdes est inférieure à 5 millions de spermatozoïdes par ml.
  • On fera appel à l'examen clinique, mais aussi à la spermoculture, aux marqueurs biochimiques du plasma séminal et au bilan hormonal.
Asthénospermie isolée
  • Le spermogramme peut révéler un taux de mobilité des spermatozoïdes inférieur à 10 %.
  • Dans ce cas, on recherchera des anomalies flagellaires en microscopie électronique pour expliquer ce manque de mobilité.
Tératospermie majeure
  • La tératospermie majeure montre un pourcentage de spermatozoïdes bien formés très réduit dans le liquide séminal.
  • La tératospermie révèle le plus souvent une anomalie testiculaire d'origine infectieuse, toxique, médicamenteuse, etc.
Autoagglutinats
  • C'est le développement d'anticorps contre les spermatozoïdes dont l'origine peut être traumatique, chirurgicale, infectieuse.
  • Les conséquences pathologiques sont nettes à partir d'un taux de 50 % de spermatozoïdes recouverts d'anticorps.
Oligo-astéhno-tératospermie
  • C'est le symptôme biologique le plus fréquemment observé lors d'un spermogramme.
  • Pour de nombreux chercheurs, il s'agit de signes qui constituent la preuve d'une infection ou d'une inflammation génitale.
  • La spermoculture prend dans ce cas toute sa place dans la thérapeutique de la stérilité.

Spermatocytogramme : autre analyse des spermatozoïdes

Le spermatocytogramme est un autre type d'examen visant à analyser la morphologie des spermatozoïdes. Il s'effectue sur un frottis de liquide séminal après fixation et coloration (de Short ou de Papanicolaou). Une classification permet de repérer des anomalies multiples sur le même spermatozoïde.

Ces anomalies se répartissent en 13 groupes, dont :

  • 7 à la tête du spermatozoïde,
  • 2 au corps intermédiaire,
  • et 4 d'ordre flagellaire.
Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Fertilité

Sommaire