Sommaire

On parle parfois d'ovulation tardive quand l'ovule est libéré après cette date, vers le 21ème jour. Cette expression est controversée chez les médecins car une ovulation tardive n'est pas anormale, sachant que l'organisme féminin a sa part de mystère et n'est pas une mécanique. Toutefois, dans certaines conditions, une consultation médicale et des examens hormonaux rechercheront une possible anomalie. Cet article explique comment repérer l'époque de l'ovulation le plus précisément possible au moyen de méthodes naturelles et de tests si vous désirez être enceinte.

Ovulation tardive : caractéristiques

Principe de l'ovulation

Chez une femme, l'ovulation, c'est l'instant où l'ovule est libéré par le follicule pour être fécondé par un spermatozoïde. Elle survient habituellement vers le 14ème jour avant le premier jour des règles suivantes. Si les règles surviennent régulièrement, l'ovulation est régulière le plus souvent.

En théorie, un cycle féminin dure 28 jours. En pratique, sa durée est variable, entre 26 et 35 jours. L'ovulation, elle se produit normalement au milieu du cycle, c'est-à-dire de 12 à 16 jours après le premier jour des règles pour un cycle de 28 jours. Mais d'autres femmes ovulent à partir du 8ème jour, alors que certaines n'ovuleront qu'après 20 ou 30 jours, et même davantage. La période du début des règles à l'ovulation est variable, mais la dernière période du cycle est fixe chez toutes les femmes et dure 14 jours.

La durée de vie d'un ovule

Un ovule vit 24 heures environ, et les spermatozoïdes 5 jours. Pour qu'une fécondation s'accomplisse, ovule et spermatozoïdes doivent donc se rencontrer à un moment précis dans l'endroit favorable. Lorsqu'il y a un désir d'enfant, le coït aura par conséquent lieu au moment de l'ovulation, ou bien pendant les jours qui la précèdent afin que les spermatozoïdes soient déjà présents lors de la libération de l'ovule.

Les causes d'une ovulation tardive

L'équilibre délicat des hormones peut se trouver affecté par différents facteurs et ainsi retarder l'ovulation :

  • la fatigue, le surmenage ;
  • les troubles émotionnels, une contrariété, l'anxiété ;
  • un voyage ;
  • les problèmes de santé.

Le cycle féminin

Pour comprendre une éventuelle ovulation tardive, observons le cycle féminin, qui donne de lui-même des signes pour repérer l'ovulation. Il existe quatre phases dans le cycle féminin :

La phase folliculaire 

Elle a une durée variable, mais est de 14 jours le plus souvent. À chaque cycle, un follicule prépare le follicule de De Graaf. L'ovocyte se trouve au centre et augmente petit à petit de volume. L'œstrogène y est sécrété par les cellules et régénère la muqueuse utérine qui s'épaissit progressivement en fabriquant l'endomètre.

L'œstrogène entraîne aussi un assouplissement du col de l'utérus qui commence à produire une mucosité visqueuse : c'est le mucus de fécondité ou glaire cervicale, n'apparaissant qu'au moment des périodes fécondes du cycle.

L'ovulation

Au 14ème jour environ, le follicule a augmenté de volume, puis se rompt. L'ovocyte est expulsé et capté par les trompes de Fallope, puis chemine jusque dans l'utérus. Le mucus de fécondation devient plus léger et donne comme une sensation d'humidité, ce qui permet à une femme de savoir que c'est le moment de l'ovulation. Elle ressent souvent ce jour-là une douleur au ventre. Ces signes sont importants pour repérer les jours féconds.

La phase lutéale

Elle dure toujours 14 jours. Un corps jaune à fonction hormonale se forme alors et permet la sécrétion de progestérone par les cellules. Le sécrétion d'œstrogènes et de progestérone permet la transformation de la muqueuse utérine (ou endomètre) : son épaississement, sa formation en dentelle, avec naissances d'artérioles et de vacuoles pour accueillir l'œuf.

La progestérone entraîne aussi une augmentation de la température. La température se maintient élevée jusqu'au début des prochaines règles. Le mucus, lui, reprend un aspect opaque, un peu collant et sec.

La phase menstruelle

Si l'ovule n'est pas fécondé, il disparaît, et la muqueuse de l'utérus est expulsée. Les règles commencent. Pendant le cycle menstruel, quand le follicule est mûr, l'ovule tombé dans la trompe de Fallope vers l'utérus va éventuellement être fécondé par un spermatozoïde.

Reconnaître le moment de l'ovulation

Pour repérer le jour de l'ovulation, quatre observations intimes sont possibles avec quelques mois de pratique :

L'élévation de la température

La progestérone provoque la montée de la température basale, ce qui traduit l'ovulation. En prenant chaque matin votre température avant de vous lever et de petit-déjeuner, vous observez que lorsque le milieu du cycle est terminé, la température s'élève et reste en plateau jusqu'au début des prochaines règles. Là, elle redescend. Hélas, cette observation ne peut se faire que rétrospectivement.

L'observation de la glaire cervicale

Au début et à la fin de votre cycle, vous observez que le mucus est opaque et un peu collant. Au milieu de votre cycle, il est translucide, claire, filant, et vous donne la sensation d'une humidité intime. Au moment de l'ovulation, le col utérin sécrète un mucus glissant, inodore, incolore, qui ressemble au blanc d'œuf et qui s'étire entre deux doigts en un fil sans se rompre.

La texture du col de l'utérus

En dehors des règles et de l'ovulation, il est incliné en bas du vagin et dur. Au moment de l'ovulation, le col de l'utérus, toujours situé au fond du vagin, se ramollit (il a la texture d'une lèvre) sous l'effet de l'imprégnation hormonale, et s'entrouvre très légèrement (vous pouvez y glisser un doigt) pour laisser passer les spermatozoïdes. Il est humide par la présence de la glaire cervicale.

Une douleur au ventre

L'ovulation crée une douleur qui évoque celle des règles. Cette douleur peut être intense, mais brève, parfois une goutte de sang l'accompagne. C'est le syndrome ovulatoire.

Lire l'article Ooreka

Un test de grossesse pour reconnaître l'ovulation

Taux de HCG

L'hormone gonadotrophine chorionique (HCG) n'existe pas quand la femme n'est pas enceinte. Elle est sécrétée par le trophoblaste (futur placenta) qui est la couche des cellules périphériques présentes au commencement embryonnaire. Le taux de HCG augmente régulièrement lors des six premières semaines de grossesse.

Seules les analyses biologiques de laboratoire (remboursées par la sécurité sociale avec une prescription médicale) quantifient le taux de HCG dans les urines ou dans le sang. À partir du cinquième jour de retard des règles, certains laboratoires réalisent un test simple avec les urines et donnent un diagnostic fiable en quelques heures en détectant la présence des HCG et en dosant leur concentration. Il vous recommanderont de ne pas boire beaucoup la veille afin de concentrer vos urines.

Test d'ovulation

Lorsque l'on désire être enceinte, on trouve chez le pharmacien un test (mais il n'est pas sûr à 100%) pour prévoir la date d'ovulation. Il mesure dans les urines le taux de gonadotrophine B ou HL, hormone lutéinisante qui atteint son pic maximum juste avant le moment de l'ovulation. Un résultat positif indique que l'ovulation se produira 24 à 36 heures plus tard.

Ovulation tardive : traitement

Parlez avec votre médecin gynécologue de vos préoccupations, de l'inconfort de vie que vous pouvez ressentir avec vos ovulations tardives, et/ou de votre désir de grossesse. Il peut vous prescrire un traitement hormonal progestatif pour augmenter la qualité de vos ovulations.