Sommaire

L'ovaire fait partie de l'appareil reproducteur féminin, c'est une gonade. Il y a deux ovaires, situés dans le « bas-ventre » de la femme, appelé la région pelvienne. Des douleurs au niveau des ovaires peuvent être dues à une cause ovarienne. Un point s'impose sur ces douleurs et leur traitement.

Ovaires : rôles et anatomie

Les ovaires sont des organes reproducteurs féminins, situés dans la région pelvienne. Au nombre de 2, ils produisent les ovules (ou ovocytes) et synthétisent les hormones (œstrogènes et progestérone surtout).

Ils font environ 4 cm de long sur 2 cm de large pour un poids de 10 grammes. Des ligaments les maintiennent en position relativement stable, de chaque côté de l'utérus. Néanmoins, ils restent assez mobiles, pouvant basculer par exemple si la vessie est pleine, ou lors d'une grossesse. 

Douleurs ovariennes : d'où viennent-elles ?

Les douleurs pelviennes sont une cause de consultation fréquente en gynécologie. Ces douleurs peuvent avoir différentes causes, gynécologiques mais aussi urinaires ou digestives.

La douleur pelvienne peut ainsi révéler une affection de l'ovaire :

  • Une dystrophie ovarienne micropolykystique : en cas de cause locale (présence d'un stérilet) ou chez la jeune fille, les ovaires peuvent être « hyperactifs ». Des follicules (ovules non matures) s'accumulent alors dans les ovaires, formant des microkystes. Des douleurs peuvent être présentes lors des rapports sexuels ou au moment des règles. Cette pathologie est bénigne mais douloureuse.
  • Le syndrome des ovaires polykystiques : il s'agit d'un désordre hormonal qui provoque également une accumulation de follicules dans l'ovaire, il n'y a pas d'ovulation et donc présence de troubles de la fécondité. Le désordre hormonal a d'autres conséquences : hirsutisme, acné, surpoids...
  • Une torsion d'annexe : il s'agit d'une douleur aiguë, très intense, avec parfois des nausées et vomissements. La torsion d'ovaire peut concerner un ovaire sain ou révéler la présence d'un kyste ou d'une tumeur.
  • Un kyste fonctionnel : lié au fonctionnement de l'ovaire, et donc rythmé par les cycles, un kyste fonctionnel peut apparaître et être source de douleur. Il disparaît spontanément en deux ou trois mois.
  • Un kyste organique : ce sont des kystes qui ne disparaissent pas, peuvent grossir, se tordre ou se rompre. Ils peuvent être dus à une endométriose (kyste endométriosique), à la présence de cellules germinales (kystes dermoïdes contenant des dents, des cheveux), etc.
  • Des complications d'un kyste ovarien : un kyste sur l'ovaire peut se tordre, se rompre ou saigner (hémorragie). Là encore, la douleur est intense et aiguë.
  • Des douleurs ovulatoires : certaines femmes ressentent une douleur au moment de l'ovulation.
  • Un cancer de l'ovaire : il est souvent longtemps silencieux, les dépistages sont alors tardifs.

Diagnostic lié aux douleurs ovariennes

En cas de douleurs pelviennes, le diagnostic est difficile pour le médecin tant les causes peuvent être variées (appendicite, cause utérine, cause ovarienne...). Pour l'aider à s'orienter, un interrogatoire très précis de la patiente est nécessaire :

  • intensité de la douleur : aigüe ou chronique ;
  • périodicité par rapport aux règles ;
  • caractéristiques de la douleur : facteurs déclenchants (rapports sexuels, effort...), type (pesanteur, coup de poing, déchirure...) ;
  • signes accompagnants : fièvre, signes urinaires ou digestifs... ;
  • antécédents familiaux et personnel.

L'examen complémentaire permettant de diagnostiquer une pathologie ovarienne est l'échographie. Elle est réalisée par voie sus-pubienne (la sonde est posée sur l'abdomen) et par voie endo-vaginale (la sonde est introduite dans le vagin). D'autres examens, notamment biologiques sont réalisés. 

Ovaires douloureux : traitement

Certaines pathologies ovariennes nécessitent un traitement en urgence. C'est le cas par exemple de la torsion d'annexe, qu'il faut opérer dans les 6 heures au risque que l'ovaire ne soit plus correctement vascularisé. Le traitement est chirurgical sous cœlioscopie.

En fonction de la pathologie diagnostiquée, les traitements sont multiples et adaptés par le médecin : chirurgie, traitement hormonal, anti-douleurs...

Ces pros peuvent vous aider