Sommaire

En fin de grossesse, le bébé se présente la tête en bas. Mais il arrive qu'il ne se retourne pas spontanément et se présente alors par le siège. Malgré tout, un bébé peut, selon les cas, se retourner au moment de l'accouchement. La majorité des bébés se retournent avant 35 semaines d'aménorrhées. Le point sur l'accouchement par le siège dans notre article !

Accouchement par le siège : les différents types de présentation

Plusieurs présentations sont possibles :

  • le siège complet : le bébé est assis en tailleur. La dilatation peut être lente et difficile. L'accouchement par voie basse est rare dans ce cas ;
  • le siège décomplété mode des fesses : le bébé est assis sur ses fesses. Ses jambes sont tendues jusqu'à son visage ;
  • le siège décomplété mode des pieds ou des genoux : le bébé a les jambes sous ses fesses. Lorsque le col de l'utérus se dilate, les pieds ou les genoux s'engagent et parfois entrainent le cordon ombilical, ce que l'on appelle la procidence du cordon, risquant d'être dangereuse pour le bébé ;
  • le siège semi-décomplété, mélange de ces différentes présentations : une jambe du bébé est repliée en tailleur ou se positionne sous le siège, l'autre jambe est tendue devant le visage. Le risque de procidence du cordon est là aussi possible.

Pourquoi un bébé se présente-t-il par le siège ?

Cela peut être le hasard, ou il peut s'agir :

  • d'une malformation de l'utérus empêchant le bébé de se retourner ;
  • d'un cordon trop court ;
  • d'un placenta logé inhabituellement.

Présentation par le siège : quel mode d'accouchement ?

Le mode d'accouchement dépend du niveau de soin de la maternité et de l'équipe obstétricale.

Certaines équipes obstétricales préfèrent une césarienne systématique. D'autres sont plus nuancées et tentent l'accouchement par voie basse, quand il est possible.

Les techniques incitant un bébé à se retourner

Il en existe plusieurs :

  • La version par manœuvre interne (VME) mobilise le bébé en faisant bouger sa tête dans l'utérus par des poussées sur le ventre de sa mère. Elle se fait vers 36 ou 37 semaines d'aménorrhées. Avant, le bébé pourrait à nouveau se retourner car il reste de la place dans l'utérus. Après cette date, sa taille rend la manœuvre plus complexe. La VME se pratique à la maternité, avec le contrôle du rythme cardiaque de l'enfant par monitoring, et une vérification échographique lors de la version. La réussite de cette manœuvre est variable. Par contre, elle est le plus souvent contre-indiquée lorsqu'il y a un antécédent de césarienne faisant craindre le risque de rupture utérine lors de la manœuvre.
  • Certaines postures ont pour but d'aider le retournement de l'enfant : la femme enceinte s'agenouille et pose ses coudes et avant-bras sur le sol. Ou bien elle s'allonge sur le dos, ses fesses étant surélevées durant 20 minutes. Ce pont indien s'effectue matin et soir chaque jour.
  • L'acupuncture, en stimulant un point, augmente les mouvements du bébé et donc la possibilité qu'il se retourne.
  • L'ostéopathie tente de détendre l'utérus.
  • L'haptonomie incite le bébé à se retourner au travers des gestes de ses parents.

À noter : celles-ci ne sont pas possibles s'il existe un obstacle, comme un cordon enroulé ou bien une malformation utérine.

Siège : accouchement par voie basse ou césarienne

Afin d'éviter les complications lors d'un accouchement par voie basse, certains critères sont vérifiés avec beaucoup d'attention ; citons par exemple :

  • la radiopelvimétrie : elle mesure la taille du bassin maternel pour s'assurer qu'elle est supérieure à celle de la tête du bébé, l'échographie l'ayant évaluée plus approximativement ;
  • le bébé doit avoir la tête fléchie sur son ombilic, et non pas regarder vers le haut ;
  • l'estimation du poids de l'enfant ;
  • la présentation doit être en siège décomplété mode des fesses ;
  • un antécédent de césarienne (utérus cicatriciel) ou non chez la mère ;
  • l'avis de la mère.

L'équipe obstétricale dispose, au moment de l'accouchement, de l'aide de plusieurs manœuvres :

  • la manœuvre de Mauriceau consiste à placer son bras sous le bébé avec les doigts logés dans sa bouche, de sorte que sa tête se fléchisse, menton sur le sternum, et ce afin de diminuer le diamètre de sa tête et permettre sa naissance ;
  • la manœuvre de Lovset : l'accoucheur saisit les fesses du bébé, tourne celui-ci dans le but de dégager son bras, ce qui fait tourner toute seule sa tête.

Caractéristiques d'un accouchement par voie basse

  • Les fesses du bébé, qui appuient plus doucement sur le col et le périnée, au contraire de sa tête, seront moins douloureuses.
  • La rupture artificielle de la poche des eaux étant évitée le plus possible, la douleur des contractions est moins forte.
  • La dilatation doit être régulière et rapide. Elle est très surveillée ; si l'accouchement est difficile, le médecin choisira de pratiquer une césarienne pendant le travail.
  • L'équipe obstétricale évite d'intervenir jusqu'au moment où le nombril du bébé est sorti, ce qui demande à la mère de réaliser les efforts expulsifs par elle-même.

Enfin, la césarienne pourra être décidée selon tous les critères observés :

  • troubles du rythme cardiaque du bébé ;
  • mouvements respiratoires du bébé au moment de l'expulsion ;
  • le bébé tourne dans un mauvais axe, etc.

Aussi dans la rubrique :

Déroulement de l’accouchement

Sommaire