Recherche d’Agglutinines Irrégulières (RAI)

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka

Sommaire

La recherche d’agglutinines irrégulières (aussi appelée recherche d’anticorps irréguliers anti-érythrocytaires) permet l'identification d’anticorps dirigés contre les antigènes qui ne sont pas présents à la surface des globules rouges du patient chez qui elles sont recherchées.

Cette recherche est systématique avant toute transfusion et à l’occasion d’une grossesse. Nous faisons le point.

Recherche d’Agglutinines Irrégulières : définition

Toute substance étrangère à l’organisme (appelée aussi antigène) provoque la fabrication d’anticorps dirigés contre elle. Le terme d’agglutinines est synonyme d’anticorps.

Les agglutinines sont dites irrégulières car elles sont synthétisées en réponse à la présence de globules rouges étrangers dans la circulation sanguine. Ces derniers :

  • proviennent d’une transfusion ;
  • sont issus d’un phénomène d’auto-immunisation (lié à un dysfonctionnement du système immunitaire) ;
  • ou apparaissent au décours d’une grossesse pendant laquelle des globules rouges de l’enfant peuvent passer dans la circulation maternelle.

La gravité potentielle de ces anticorps est lié la possibilité d’une anémie par agglutination et destruction des globules rouges.

RAI : examen de dépistage

La recherche d’agglutinines irrégulières doit faire l’objet d’une prescription médicale. Il n’est pas nécessaire d’être à jeun pour réaliser cet examen :

  • Un tube de sang est prélevé au pli du coude après la mise en place d’un garrot au niveau du bras.
  • Les résultats sont habituellement disponibles dans les 24 heures suivant le prélèvement.
  • Cet examen consiste à faire réagir le sérum du patient avec un certain nombre de globules rouges connus (panel de globules rouges).

La recherche d’agglutinines irrégulières est capitale dans les situations suivantes :

  • avant toute transfusion de globules rouges, pour éviter la survenue d’un accident transfusionnel ;
  • lors de l’examen prénuptial (qui n’est plus obligatoire depuis 2008) ;
  • pendant la grossesse : la présence de ces anticorps peut détruire les globules rouges du fœtus et entraîner une maladie hémolytique du nouveau-né.

Dans le cadre d’une transfusion sanguine, en cas de résultats positifs témoignant donc de la présence d’agglutinines irrégulières, le médecin du centre de transfusion prend soin de sélectionner avec précaution les poches de sang évitant ainsi tout risque d’accident transfusionnel.

Cas de l’immunisation contre l’antigène D (système Rhésus)

Si la femme enceinte est Rhésus négatif (ce qui signifie que les globules rouges de la mère ne portent pas l’antigène D à leur surface) et que le futur père de l’enfant est Rhésus positif (ce qui signifie que ses globules rouges portent à leur surface l’antigène D), 2 cas de figures peuvent être observés :

  • Si l’enfant est Rhésus négatif, le système immunitaire de la mère ne fabriquera pas d’anticorps dirigé contre l’antigène D puisque ce dernier n’est pas présent à la surface des globules rouges de l’enfant. Aucun risque n’est à redouter dans ce cas-là.
  • En revanche, si l’enfant est rhésus positif, les globules rouges de l’enfant porteurs de l’antigène D peuvent circuler dans le sang de la mère (au moment de la grossesse ou pendant l’accouchement). Le système immunitaire de la mère synthétise donc des anticorps dirigés contre l’antigène D. À l’occasion d’une future grossesse, si l’enfant est rhésus positif, ses globules rouges sont reconnus par les anticorps de la mère dirigés contre l’antigène D entraînant leur destruction et la mort possible du fœtus.

Pour éviter cet accident, il est très important au cours la 28ème semaine de la première grossesse ou dans les 72 heures qui suivent le premier accouchement d’injecter des anticorps anti-D à la mère pour éviter que son système immunitaire ne fabrique des anticorps anti-D.

L’injection de ces anticorps anti-D est également nécessaire chez toute femme Rhésus négatif après une fausse couche, une grossesse extra-utérine ou une IVG afin de prévenir la formation d’anticorps dirigés contre l’antigène D, potentiellement dangereux à l’occasion d’une nouvelle grossesse.

Pour aller plus loin :

Ces pros peuvent vous aider