Sommaire

Le spina bifida est une anomalie se produisant au cours du développement de l'embryon et qui est responsable de handicaps souvent multiples, affectant le développement physique et moteur à des degrés variables d'un patient à l'autre.

Toutes les explications dans notre article.

Définition du spina bifida

Le spina bifida est une malformation congénitale qui atteint la colonne vertébrale. Elle résulte d'une anomalie qui survient en début de grossesse, au moment où le précurseur du cerveau et de la moelle épinière, le tube neural, se développe chez le fœtus. Cette structure ne se referme pas comme elle le devrait, laissant une ouverture au niveau de la colonne vertébrale. Elle ne peut alors pas assurer de façon optimale son rôle de protection de la moelle épinière.

Un spina bifida peut apparaître à différents niveaux de la colonne vertébrale mais est le plus souvent visible en bas du dos, au niveau des vertèbres lombaires et du sacrum.

On distingue trois types de spina bifida :

  • Le spina bifida occulta est la forme la moins sévère de la maladie. Elle n'est pas toujours visible à l’œil nu, la région du dos où les vertèbres sont fissurées peut néanmoins porter une petite fossette, une touffe de poils ou une tâche colorée. Cette forme de spina bifida peut passer inaperçue car les symptômes associés sont généralement de faible intensité (douleurs, légère incontinence).
  • La myéloméningocèle est la forme la plus grave de la maladie. La moelle épinière, entourée de ses enveloppes protectrices (les méninges) et baignant dans le liquide céphalo-rachidien, forment une sorte de sac appelé « cèle », faisant saillie au niveau du dos. Elle peut conduire à une paralysie des membres inférieurs, des pertes de sensibilité, des déficiences intellectuelles, une incontinence urinaire et anale, etc.
  • La méningocèle correspond à la protrusion des seules méninges qui forment une bosse visible dans le dos ; les symptômes associés peuvent être discrets si les nerfs ne sont pas atteints.

La prise en charge des patients est ainsi très variable en fonction du degré de la maladie.

Spina bifida : facteurs de risque

Les causes menant à l'apparition d'un spina bifida sont encore obscures. Certains facteurs de risque ont cependant été identifiés :

  • Le terrain génétique : le risque de donner naissance à un enfant porteur de la malformation est accru dans les familles où de tels cas sont apparus.
  • L'alimentation maternelle, avant et pendant la grossesse, et plus précisément :
    • Une carence en acide folique : cette substance, également appelée vitamine B9, est présente dans divers aliments (légumes verts comme les épinards, des céréales comme l'avoine, le sarrasin, le quinoa, le jaune d'oeuf, la levure de bière,...). Elle existe sous forme de compléments alimentaires, fortement indiqués en cas de désir d'enfant, à prendre dans les semaines précédant la conception et pendant les trois premiers mois de grossesse.
    • Une carence en vitamine B12, présente principalement dans les viandes, les poissons, les fruits de mer, et qui peut faire défaut dans une alimentation végétarienne s'il n'y a pas de complémentation.
    • L'obésité de la future mère.
  • Une infection en début de grossesse, comme la rubéole ou la toxoplasmose.
  • La prise de certains médicaments anti-épileptiques, comme la carbamazépine ou le valproate de sodium.

Évitez les carences nutritionnelles en cours de grossesse :