Sommaire

Un bébé qui naît à 28 semaines d'aménorrhée est une source d'angoisse et de questionnements pour les parents.

Toutes nos informations sur la prématurité à 28 SA pour mieux la gérer.

Quelles sont les causes de la prématurité à 28 SA ?

On distingue la prématurité induite de la prématurité spontanée. La première (40 % des naissances) est caractérisée par le fait que c'est l'équipe médicale qui décide de mettre un terme à la grossesse et de faire naître l'enfant. Il s'agit là d'écarter un risque vital pour la mère ou le bébé, un important retard de croissance par exemple.

Dans le cas de la prématurité spontanée, le travail se déclenche plus tôt que prévu, ou alors c'est la poche des eaux qui se rompt.

Diverses causes peuvent être trouvées à ces évènements, même si elles ne sont pas toujours identifiées. Par exemple, la contraction d'une infection (des voies urinaires, sexuellement transmissibles, certaines infections vaginales...) peut être à l'origine d'un accouchement prématuré, de même qu'une hypertension artérielle, une carence en magnésium, des saignements anormaux du vagin, des anomalies au niveau du développement du fœtus, une grossesse résultant d'une fécondation in vitro, un poids insuffisant ou poids trop important avant la grossesse, des périodes courtes entre plusieurs grossesses, un diabète, etc. On observe d'ailleurs souvent beaucoup de culpabilité chez les parents, qui pourtant n'ont rien fait de volontaire pour déclencher ce drame.

Problèmes éventuels d'un bébé prématuré de 28 SA

Problèmes à la naissance

28 semaines d'aménorrhée, c'est la charnière entre l'extrême prématurité et la grande prématurité. À sa naissance, si le corps du tout petit est formé, ses organes restent très immatures :

  • Il sera donc confronté à de graves problèmes pour respirer, pour se nourrir.
  • Un appareillage l'y aidera, il passera donc les premières semaines de sa vie en couveuse.
  • Le bébé peut aussi être victimes d'infections, d'hémorragies ou de lésions de la substance blanche du cerveau.
  • Des opérations chirurgicales peuvent être nécessaires à sa survie. Il peut toutefois conserver des séquelles à vie de cette naissance prématurée.

Séquelles de cette prématurité

Côté statistiques, un grand prématuré a 10 % de risque de décéder, 10 % de risque de souffrir d'un handicap moteur et 15 % de risque de souffrir d'une déficience mentale :

  • Un tel bébé a donc plus de 60 % de chance de s'en sortir sans aucune séquelle. Toutefois, il bénéficiera durant ses premières années de vie d'un suivi étroit par différents professionnels (médecin, psychothérapeute, psychomotricien, orthophoniste...).
  • Il s'agira de repérer d'éventuelles difficultés et de les surmonter, autant que possible. Certains problèmes peuvent en effet apparaître assez tard, avec la scolarisation par exemple : retard des apprentissages, perturbations relationnelles, etc.

Quelques conseils face à un prématuré de 28 SA

Les bébés prématurés peuvent se battre pour sortir victorieux de cette épreuve. Ils ont toutefois besoin d'être soutenu, l'affection étant essentielle à la survie des enfants.

Il est très éprouvant de voir son bébé, si petit, dans une couveuse. Il est bien éloigné du bébé tant attendu ! De plus, la culpabilité est souvent au rendez-vous chez les parents. Il ne faut néanmoins pas se laisser abattre et concentrer toute son énergie à montrer à son bébé qu'il est soutenu et aimé.

Lui rendre visite, lui parler, le toucher... Avec l'autorisation de l'équipe médicale, il est aussi possible de lui confier un doudou portant l'odeur de sa maman ou encore d'afficher sur la couveuse un dessin de la grande sœur (ou du grand frère).

Pour approfondir :

Aussi dans la rubrique :

Déroulement de l’accouchement

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider