Sommaire

Il existe beaucoup de complications liées à une grossesse, qui peuvent faire courir un risque à votre bébé.

L'insuffisance placentaire en est une : quels sont les mécanismes de cette insuffisance et comment y remédier ? Réponses maintenant.

Qu'est-ce que le placenta ?

Le placenta est un organe biologique très complexe :

  • Il se forme et se développe à l'endroit où l'ovule fécondé s'attache à la paroi de l'utérus.
  • Le cordon ombilical relie le placenta au nombril du bébé et rend possible le passage du sang entre la mère et le fœtus.
  • Le sang de la mère et celui du fœtus sont ainsi filtrés à travers le placenta mais ils ne se mélangent jamais.

Les fonctions essentielles du placenta sont :

  • oxygéner la circulation sanguine du fœtus ;
  • éliminer le monoxyde de carbone ;
  • transmettre les nutriments de la mère au bébé ;
  • transférer les déchets pour permettre à l'organisme de la mère de les éliminer.

Le placenta a également un rôle important à jouer dans la production des hormones. Il protège aussi le fœtus contre les bactéries nuisibles et les infections.

Mécanismes de l'insuffisance placentaire

Insuffisance placentaire : les causes

L'insuffisance placentaire est classiquement associée à des problèmes de circulation sanguine, et des troubles vasculaires ou de la circulation chez la mère.

Les pathologies ou facteurs de risques les plus souvent associés à l'insuffisance placentaire sont :

  • le diabète ;
  • l'hypertension chronique ;
  • les troubles de la coagulation sanguine ;
  • une anémie.

Une insuffisance placentaire peut également être causée par une fixation inadéquate du placenta à la paroi utérine, ou par le détachement du placenta de cette paroi (abrupto placentae).

Risques liés à une insuffisance placentaire

Pour la maman, l'insuffisance placentaire n'est pas considérée habituellement comme engageant le pronostic vital de la mère.

Cependant associée à une hypertension ou un diabète, les risques sont plus élevés et peuvent entraîner :

  • Une hypertension pré-éclamptique (avec augmentation des protéines dans les urines).
  • Un abruptio placentae (le placenta se détache de la paroi utérine).
  • Un accouchement prématuré.
  • Un accouchement par césarienne.

Pour le bébé, plus l'insuffisance placentaire survient tôt pendant la grossesse, plus les problèmes pourront être graves pour le fœtus qui pourra courir les risques suivants :

  • Risque accru d'insuffisance d'approvisionnement en oxygène à la naissance (risque de paralysie cérébrale et d'autres complications).
  • Risque accru de troubles d'apprentissage.
  • Restriction de croissance utérine : faible poids dans l'utérus ; en particulier si le fœtus pèse 90 % de moins de ce qu'il devrait peser. (National Institutes of Health).
  • Hypothermie, hypoglycémie, hypocalcémie.

Insuffisance placentaire : quel diagnostic ?

Quelques examens sont à pratiquer afin de détecter une insuffisance placentaire :

  • échographie de la grossesse pour mesurer la taille du placenta ;
  • échographie pour déterminer la taille du fœtus ;
  • analyse du taux d'alpha-foeto-protéines dans le sang de la mère (protéine produite dans le foie du fœtus) ;
  • examen de réactivité fœtale (avec port de deux ceintures sur l'abdomen de la mère et parfois un bruiteur de faible intensité pour éveiller le bébé) pour mesurer la fréquence cardiaque et les contractions du cœur du bébé.

Il n'existe pas de remède pour l'insuffisance placentaire, mais elle peut et doit être contrôlée. Il est extrêmement important de poser un diagnostic précoce et de fournir à la maman des soins prénatals idoines.

Cela peut grandement améliorer les chances de croissance normale du bébé et réduire les risques de complications à la naissance. N'hésitez pas à faire part de vos doutes ou symptômes à votre médecin.

Pour approfondir le sujet :

Aussi dans la rubrique :

Santé et grossesse

Sommaire

Vaccins pendant la grossesse

Quels vaccins pendant la grossesse ?

Ces pros peuvent vous aider