Sommaire

Le périnée est une zone du corps discrète, dont les femmes ne prennent souvent conscience qu'à l'occasion d'une maternité.

La mise au monde d'un enfant fragilise ces muscles de soutien et peut entraîner l'apparition de divers désagréments. Pour garder un périnée en bonne santé, un impératif : passer par la case « rééducation » ! Explications.

Périnée : une zone de soutien

Le périnée est la zone constituant le plancher du petit bassin, située entre les organes génitaux externes et l'anus :

  • Il est constitué d'un ensemble de tissus : des muscles, des ligaments, des membranes.
  • Il assure un rôle capital, puisqu'il soutient la vessie, le rectum et l'utérus.
  • Il permet la contraction des sphincters, afin de contrôler l'émission de l'urine et des selles.

Naissance : le périnée mis à mal

Au cours de la grossesse, le périnée est particulièrement sollicité et subit de multiples pressions et ce, d'autant plus que la prise de poids est importante.

La sécrétion importante d'une hormone, la relaxine, conduit aux relâchements des ligaments et affecte cette région.

Déjà fragilisé par la gestation, le périnée est particulièrement mis à mal au cours de l'accouchement par voie basse :

  • l'ensemble de ces tissus se distendent au maximum pour permettre le passage du bébé ;
  • des déchirures peuvent se produire lors de l'expulsion ;
  • lors d'un accouchement sur trois environ, une coupure est pratiquée dans le périnée pour élargir la vulve : cette pratique est nommée "épisiotomie".

Conséquences du relâchement du périnée

Le relâchement des tissus du périnée peut se traduire par des fuites urinaires en cas d'efforts notamment (soulever un poids, voire simplement tousser ou rire), en cours de grossesse ou après la venue au monde de l'enfant.

Dans les cas les plus sévères, une incontinence anale peut également survenir. Ainsi qu'un prolapsus, une « descente d'organes », parfois plusieurs années après l'accouchement.

Rééduquer son périnée

Pour prévenir l'apparition de ces problèmes, il est indispensable de pratiquer une rééducation périnéale après chaque accouchement.

Prescrite par le professionnel de santé qui effectue la visite post-natale et totalement prise en charge par la sécurité sociale, elle comprend une dizaine de séances, menées par une sage-femme ou un kinésithérapeute.

Il est conseillé de commencer la rééducation périnéale 6 à 8 semaines après l'accouchement. Outre le tonus du périnée, elle facilite la cicatrisation des déchirures ou de l'épisiotomie.

Rééducation manuelle de son périnée

Le professionnel de santé pratique un toucher vaginal et guide sa patiente pour lui faire exercer des contractions et décontractions des muscles à solliciter.

Il peut indiquer des exercices à pratiquer seule, à la maison : des séries de contractions/décontractions de la zone périnéale.

Utilisation d'une sonde endovaginale

Un appareil spécifique, inséré dans le vagin, peut être utilisé pour assister la rééducation. Il existe deux méthodes distinctes :

  • La méthode du biofeedback : la patiente doit contracter ses muscles et visualise sur un écran une courbe qui traduit l'intensité de ses efforts. Le but est de parvenir à des contractions de plus en plus longues et efficaces.
  • La méthode de l'électrostimulation : la sonde émet une stimulation électrique qui contracte les muscles, d'intensité croissante au fur et à mesure des séances.

Pour préparer votre accouchement, découvrez nos contenus complémentaires :

Aussi dans la rubrique :

Déroulement de l’accouchement

Sommaire