Accouchement avec péridurale : les éléments pour prendre sa décision

Sommaire

Avec l'accouchement se pose la question du choix de la péridurale. Entre celles qui ne se voient pas s'en passer et celles qui sont farouchement contre, restent les indécises, qui ont du mal à prendre une décision ferme à ce sujet.

Toutes les infos pour prendre une décision en toute connaissance de cause dans notre astuce.

Caractéristiques de la péridurale

La péridurale correspond à l'injection d'un anesthésiant qui insensibilise de la taille aux pieds et permet de soulager la douleur due aux contractions :

  • L'injection se fait entre 2 vertèbres du bas du dos, dans la zone lombaire, à distance de la moelle épinière (il est donc impossible de rester paralysée).
  • Elle peut être légèrement douloureuse, agit en plus ou moins 15 minutes et est pratiquée par un médecin anesthésiste.
  • L'aiguille est impressionnante puisqu'elle mesure 8 à 10 cm.
  • Un cathéter est posé à la même occasion pour ré-injecter de l'analgésique pendant l'accouchement.
  • Elle pourrait être posée jusqu'à l'ouverture complète du col mais généralement, pour plus d'efficacité, elle est réalisée seulement jusqu'à 6/7 cm de dilatation du col.

Chaque femme ressent la douleur différemment et vit son accouchement différemment, qu'il se passe sous péridurale ou non. La péridurale est un choix personnel auquel il convient de réfléchir si des doutes existent.

Accouchement avec péridurale : les arguments pour

Le premier argument en faveur de la péridurale est bien sûr qu'elle permet d'éviter les douleurs des contractions :

  • Au bout de plusieurs heures de travail, les contractions mettent vraiment à plat et il peut être intéressant de garder de l'énergie pour l'expulsion du bébé.
  • Certaines femmes ont peur de ne plus rien sentir du tout sous péridurale mais sachez que, selon le dosage, vous pouvez tout à fait encore avoir des sensations et notamment ressentir l'envie de pousser pour expulser le bébé : pensez à le préciser à votre anesthésiste si c'est ce que vous souhaitez.
  • La péridurale n'a pas d'effet sur le bébé même s'il reçoit tout de même un peu de produit puisque celui-ci passe dans le sang maternel.
  • La péridurale n'empêche pas l'allaitement.
  • Elle est remboursée à 100 % par la Sécurité sociale.
  • Plus de la moitié des femmes en demande une en France.

Limites et inconvénients de la péridurale

À mettre dans votre balance avant de prendre une décision, certains arguments moins favorables à la péridurale :

  • Une péridurale, comme toute anesthésie, n'est pas un acte anodin et nécessite une surveillance médicale plus poussée (un monitoring du rythme cardiaque du bébé est nécessaire, des chutes de tension de la mère sont à prévoir et par prévention une perfusion est posée, etc.).
  • La péridurale oblige la femme à rester allongée pendant le travail (sauf si elle est proposée en ambulatoire) et pour accoucher. Or, la position allongée ne convient pas à toutes les femmes.
  • Dans certains cas, la péridurale bloque la sensation de besoin d'uriner : il faut alors poser une sonde urinaire.
  • Trop dosée, la péridurale bloque la production d'hormones naturelles liées à l'accouchement et notamment celle qui déclenche le réflexe de pousser au bon moment. La femme peut donc être plus passive sous péridurale.
  • Le recours aux ventouses ou forceps et à l'épisiotomie est augmenté sous péridurale.

Les complications suite à une péridurale sont très rares mais quelques effets secondaires peuvent survenir :

  • frissons et tremblements ;
  • fourmillements dans les jambes ou chaleur diffuse ;
  • réaction allergique au produit ;
  • maux de tête après 12 à 24h ;
  • douleurs du dos au niveau de l'endroit de l'injection.

Péridurale ou pas : communication avec le corps médical

La péridurale passe notamment par une consultation avec un anesthésiste :

  • cette consultation a lieu 4 à 6 semaines avant l'accouchement ;
  • posez au médecin toutes vos questions et, pour ne pas les oublier, préparez-les à l'avance ;
  • il prendra connaissance de vos antécédents médicaux et vérifiera que la péridurale n'est pas contre-indiquée dans votre cas.

Afin de faire un choix éclairé :

  • Posez toutes les questions qui vous passent par la tête à l'anesthésiste, aux sages-femmes, à votre gynécologue, etc.
  • Assistez aux séances de préparation à l'accouchement : elles vous aideront dans votre réflexion.
  • Renseignez-vous sur les autres méthodes anti-douleur : hypnose, sophrologie, chant, etc.
  • Si vous avez choisi de vous faire accompagner par une Doula, discutez-en avec elle.
  • Si vous rédigez un projet de naissance, indiquez vos choix quant aux moyens d'apaiser la douleur de l'enfantement.

Pour avoir toutes les clés en main pour prendre la bonne décision, suivez nos liens :

Aussi dans la rubrique :

Déroulement de l’accouchement

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider